Les actualitÉs : Banque en ligne

09.08.2011

Crise de la dette : Espagne et Italie sous étroite surveillance

Tout juste passée la tempête de la crise hellène, voila maintenant que les banques hexagonales songent déjà avec angoisse à leurs expositions aux obligations souveraines ibères et transalpines.

Si selon M.Perol, président de la fédération bancaire française, les banques de notre pays vont participer à hauteur de 3 milliards d’euros au plan de sauvetage de la Grèce, c’est bien une contagion de cette crise de la dette à des économies plus importantes que redoutent à présent les investisseurs.

La banque des règlements internationaux (BRI) l’affirme : l’expositions globale des établissements hexagonaux à l’Italie (y compris le privé) pointait au-delà des 277 milliards d’euros à la fin de l’année dernière. Pour l’Espagne, cette somme demeure moindre avec des engagements situés autour des 100 milliards d’euros.

Si l’on prend l’exemple de BNP Paribas, l’exposition nette à la dette souveraine transalpine était d’un montant de 24,1 milliards d’euros en décembre dernier, c’est-à-dire cinq fois plus que le montant qu’elle possède aujourd’hui en titres hellènes.

Le groupe, qui par ailleurs est la première banque tricolore, est donc clairement le plus exposé de la zone euro. Depuis que BNP Paribas a racheté BNL il y a cinq ans, l’Italie a pris le troisième rang du marché domestique pour la banque française, et ce, après l’hexagone et la Belgique.

La semaine dernière, au moment de proclamer ses résultats semestriels, BNP Paribas a notifié que sa filiale transalpine avait toujours une « bonne dynamique commerciale et opérationnelle dans un marché où la concurrence est très élevée ». Le puissant groupe français possède aussi une participation majoritaire dans la filière d’assurance dommages d’Ubi Banca.

Le second établissement bancaire hexagonal le plus exposé à la dette transalpine (10,1 milliards d’euros à la fin de l’an passé), est également très représenté sur le marché de la banque de détail national : en effet, le Crédit Agricole contrôle l’établissement bancaire Cariparma FriulAdria depuis quatre ans déjà.