Les actualitÉs : Banque en ligne

14.08.2011

Un recours aux banques en ligne en seconde banque

Toujours plus proche de ses clients, monabanq a cherché à mieux identifier un profil type de client et à cerner les habitudes des titulaires de comptes en ligne. Pour répondre à ces deux interrogations, la banque a mené deux enquêtes, l’une par ses propres services, la seconde confiée au Credoc. Les résultats annoncés en mai dernier l’ont éclairée sur les attentes de ses clients.

Cherchant à caractériser sa clientèle et disposer d’un retour sur sa satisfaction et ses attentes, monabanq. a entrepris deux enquêtes. La première étude s’est déroulée sur Internet les premiers mois de l’année 2011 auprès de 1700 clients âgés d’au moins 16 ans. La seconde a été menée en décembre 2010 par le Credoc auprès d’un échantillon de 300 personnes détenant un compte en ligne.

Un public d’hommes jeunes, diplômés et relativement aisés

Premiers résultats, les clients de monabanq. sont plus aisés et plus diplômés que la moyenne des Français : 65 % ont poursuivi des études supérieures et 76 % disposent de revenus mensuels de plus de 1830 € nets par mois. Par ailleurs, 7 clients sur 10 sont déjà propriétaires ou accèdent à la propriété. Enfin, ses clients sont majoritairement des hommes (à 62 %) et la tranche d’âge est essentiellement celle des 25 à 44 ans (à 56 %).

Une banque secondaire

Les banques en ligne séduisent des consommateurs de plus en plus nombreux qui détiennent déjà des comptes dans d’autres établissements. Leur flexibilité, leurs services innovants et pragmatiques, emportent l’entière satisfaction des clients, mais plus encore leurs tarifs très réduits par rapport aux banques classiques. Selon les données des enquêtes, 60 % de la clientèle se dit satisfaite des services proposés par les banques virtuelle.

Malgré ces atouts reconnus, l’enquête du Credoc montre que seulement 12 % des clients des banques en ligne, les adoptent en banque principale. Pour monabanq. en particulier, 43 % des nouveaux clients en 2010 affirment l’utiliser en banque principale.

Un phénomène de multi-bancarisation

Attirés par les multiples offres promotionnelles, les clients se montrent opportunistes, au point que l’étude du Credoc relève 17 % de personnes interrogées clientes dans plusieurs banques en ligne. La multi-bancarisation de la clientèle est un comportement encore récent qui résulte de la multiplicité de l’offre de produits d’épargne des banques en ligne. C’est précisément sur ces produits phares que les banques en ligne se sont construites, se distinguent et attirent leur public. Ces offres de comptes épargnes sont même antérieures à celle de compte courant. Ainsi, 56 % des clients des établissements en ligne possèdent un livret d’épargne et 1 sur 5 en détiendrait plus de deux.

Difficile dans ce contexte de sortir de ce rôle initial de banque spécialiste de l’épargne et des placements rentables.