Les actualitÉs : Banque en ligne

30.09.2011

Banques en ligne : petits tarifs mais classes supérieures

« 60 millions de consommateurs » s’est penché sur les prix de nos principales banques, banques en ligne incluses. Il en est ressorti un palmarès accablant pour les banques traditionnelles tant l’écart de prix est important avec les tarifs annoncés par les banques en ligne.

Après s’être débattus dans la jungle des services bancaires dont les terminaisons sont restées obscures malgré les derniers engagements de simplification, les enquêteurs de « 60 » sont parvenus à établir un palmarès des banques les moins chères parmi 16 enseignes, après une lecture ardue de leur plaquette tarifaire.

Pour les besoins de la comparaison, l’équipe de « 60 » a retenu un panier de services bancaires composé des :

  • carte de paiement internationale à débit différé
  • retrait en distributeur hors réseau
  • réédition du code carte bleue
  • virement vers une autre banque
  • mise en opposition d’un chèque
  • recherche d’un document archivé depuis plus d’un an
  • gestion des comptes sur Internet
  • frais de tenue de compte
  • transfert d’un PEL/CEL vers un autre établissement

Pragmatiques, ils ont également observé ce qui intéresse tout client d’une banque, à savoir, les frais prélevés en cas d’incidents de paiement. L’enquête a donc aussi porté sur

  • Le taux du découvert autorisé
  • Le taux du découvert non autorisé
  • Le montant de la commission d’intervention
  • Les frais de blocage (saisie-attribution)

Les banques en ligne résolument moins chères

Avec un panier de services de base coûtant de 73 € à la Banque Postale à 140 € au CIC, les banques de réseau ne sont plus en mesure d’opposer une concurrence sérieuse aux banques en ligne dont le même panier de services ne coûte que 10 € chez ING Direct, 15 € chez Boursorama, 17 € chez Fortuneo et 65 € chez Monabanq.

Sans surprise, les banques en ligne sont les moins chères du palmarès avec ING Direct en tête, talonnée par Boursorama, qui laissent derrière elles Fortuneo, 3ème, et Monabanq 4ème, cette dernière affichant des tarifs dans l’ensemble assez similaires à ceux d’une banque de réseau d’agences. En effet, elle est à peine moins chère que la Banque Postale, qui arrive à la 5ème place mais s’affiche comme la moins chère des banques classiques. Elle est suivie par la Caisse d’Epargne (6ème), le Crédit Agricole (7ème), la Société Générale (8ème)… La banque la plus chère d’après l’enquête est le Crédit du Nord qui prend la 16ème place.

Les grands avantages des banques en ligne sont essentiellement d’offrir gratuitement les services de carte bancaire et, pour certaines, de limiter les frais liés aux découverts. C’est le cas chez ING Direct ou Boursorama qui ne comptent pas de commission d’intervention, et dans l’ensemble les banques en ligne s’en tiennent à des taux de découvert autorisé limités à 8%, excepté Monabanq qui ose un 13,5%, contre 15,90% chez BNP Paribas ou jusqu’à 20,41% chez LCL.

Une clientèle triée sur le volet

Cependant, pour profiter de ces conditions avantageuses, il faut montrer patte blanche.

Entrer chez ING Direct suppose d’en faire sa banque principale et de verser 750 € par mois au minimum. La clientèle de Boursorama doit présenter un revenu mensuel d’au moins 1350 €. Quant à Fortuneo, elle est réservée à ceux qui déposent au moins 5000 € d’épargne ou dont le revenu mensuel est supérieur à 1500 €.

Attractives, peut-être, mais certainement pas populaires, les banques en ligne ne devancent pour l’instant les banques traditionnelles que sur les offres. Si ce classement révèle entre les lignes l’exagération des tarifs bancaires, les banques traditionnelles conservent l’immense avantage de pouvoir accueillir tout particulier.