Les actualitÉs : Banque en ligne

10.01.2012

Quelle image des banques ont les Français ?

La crise économique de 2008 a beaucoup marqué les esprits et les Français sont devenus encore plus méfiants qu’ils ne l’étaient déjà à l’égard des banques, tenues, par la plupart  d’entre eux, pour responsables de cette situation. Afin de dresser un nouvel état des lieux, une étude a été récemment menée par l’institut Viavoice pour déterminer quelle est aujourd’hui l’image de ces établissements et ce qu’en attendent réellement les usagers.

Malgré certaines réticences, il apparaît que les Français gardent généralement un avis plutôt favorable sur l’ensemble de ces prestataires, le terme « proximité » revenant dans 68 % des cas, « moderne » dans 63 % et « institution » dans 62 %, tandis que, concernant leur propre banque, la « confiance », la « solidité » et l’« assise financière », sont mentionnées 61, 65 et 63, fois sur 100.

La « prise en compte des clients » ne semble toutefois pas aussi évidente pour ces derniers, puisque cette notion n’apparaît que dans 39 % des réponses lorsque la question est posée sur les banques en général et dans la moitié de celles-ci quand la demande est formulée pour celle à laquelle les sondés ont choisi de confier la gestion de leur argent. La « transparence » reste encore à en croire ces nouveaux résultats le plus gros point faible de ces établissements, 31 % seulement reconnaissant globalement celle-ci, ce chiffre ne réussissant même à atteindre que 42 % pour le leur.

Les enseignes qui remportent véritablement la plus grande adhésion du public sont ici représentées par la Caisse d’Epargne et La Banque Postale, avec une mention particulière, pour cette dernière, concernant l’excellent rapport qualité-prix affiché.

Au-delà de ces éléments, somme toute essentiels, force est de constater que les relations entre les banques et leurs usagers ont beaucoup évolué ces dernières années et que les attentes se sont également grandement modifiées, un bon établissement devant désormais « prendre en compte ses clients », pour 37 % d’entre eux, et « protéger leur argent », pour 27 %.

Pour ce qui est des besoins personnels de chacun vis-à-vis des banques, trois profils distincts semblent se dégager, celui des usagers attachés à une relation privilégiée, celui des clients demandeurs d’une meilleure écoute et celui de ceux qui craignent une trop grande proximité.

Il apparaît cependant aujourd’hui que la gestion à distance de ses comptes peut satisfaire toutes ses exigences, dans la mesure où le suivi devient de plus en plus précis du fait de la possibilité donnée d’accéder en permanence à son argent, 79 % déclarant utiliser les plates-formes mises en place dans ce but et 36 % échangeant même, par ce moyen, avec leur conseiller.

Les applications, également développées pour les téléphones de nouvelle génération attirent, pour leur part, déjà 15 % du public, chiffre qui devrait augmenter rapidement, leur installation dans le quotidien n’allant, sans doute, pas tarder.

Dans un contexte pourtant difficile, il semble que le lien entre les banques et les usagers ne soit pas rompu et pourrait même se renforcer grâce à l’arrivée des nouvelles technologies sur ce secteur, les établissements sachant, en effet, s’adapter pour fournir les meilleures prestations à leurs clients.