Les actualitÉs : Banque en ligne

10.11.2012

La gestion de budget prise au sérieux par les Français d’après le sondage OpinionWay pour Linxo

Bien que l’on puisse en douter au regard de nos finances publiques, il semble qu’en matière privée, les Français se montrent nettement plus vigilants sur leurs niveaux de dépenses et d’épargne. Effectuée en ligne par OpinionWay pour Linxo, l’enquête « Les Français et la gestion de leur budget » met en évidence la demande d’autonomie et de simplicité en matière de gestion de finance personnelle.

Des Français attentifs à leurs budgets

Inquiets ou prudents, quoi qu’il en soit, 93% des Français suivent de près leurs comptes bancaires et même de très près pour 55% d’entre eux. C’est ce qui résulte du sondage OpinionWay pour Linxo qui a porté sur un échantillon de 1059 personnes âgées de 18 ans et plus, et représentatif de la population Française.

78% consultent leurs comptes au moins une fois par semaine et 42% les consultent chaque jour ou presque. Consulter son compte au quotidien est une habitude qui se rencontre plus largement chez les usagés multi-bancarisés (46%), les clients de banques directes (47%), ceux dans la tranche des 25-34 ans et ceux dont les revenus mensuels excèdent 3500 € par mois (48%).

Les Français se montrent indépendants de leur conseiller bancaire. Seulement 5% se rendent en agence pour s’informer de leur solde et moins de la moitié des Français rencontre son banquier au moins deux fois par an.

Pour gérer leur budget, ils recourent majoritairement à Internet (83%) et ceci depuis leur ordinateur (79%) et certains depuis leur mobile (4%). Ce dernier usage est plus fréquent chez les CSP+ et la génération des 18-34 ans.

L’observation des dépenses et de l’épargne

D’après le sondage, les dépenses retiennent plus particulièrement l’attention des Français.

84% des personnes interrogées ont compté ou comptent encore les dépenses fixes mensuelles représentées par le loyer, les charges, les diverses cotisations et mensualités, les impôts, etc. 65% des Français suivent actuellement ces frais incompressibles. Cette moyenne masque en réalité un phénomène de génération : les 50-64 ans sont 77% à noter les dépenses mensuelles quand la moitié des 18-24 ans ne le fait pas.

Quant aux dépenses quotidiennes, 37% des sondés les inscrivent sur un cahier spécifique.

Le niveau de l’épargne forme le second centre d’intérêt des Français. Ils sont 85% à avoir disposé ou à disposer encore d’un système d’alimentation mensuelle d’un compte épargne. Aujourd’hui, 53% ont opté pour cette réserve d’épargne automatique. 64% des sondés déclarent évaluer ou avoir évalué leur épargne à chaque trimestre. 47% le font encore.

Les solutions informatisées de gestion de budget boudées

Si les usagers utilisent volontiers internet pour consulter leurs comptes, les applications de gestion de finance personnelle n’attirent qu’une minorité de Français.

Seuls, 31% des participants déclarent avoir utilisé ou utiliser une solution informatisée de gestion de budget personnel. D’après l’enquête, près d’un Français sur deux les considèrent trop complexes.

L’emploi de ces nouveaux instruments se rencontre plus chez les hommes (23%) que chez les femmes (13%). Aussi, ces solutions sont mieux répandues dans les catégories socioprofessionnelles supérieures (21%) et les professions intermédiaires (25%) que dans les catégories populaires (15%).

Illustrant cette méfiance, l’alerte automatique pour tout mouvement important sur le compte ou risque de découvert n’est utilisée que par 12% des personnes interrogées.

Le co-fondateur de Linxo, Bruno Van Haestdaele, explique que les Français ont été échaudés par les premières solutions de gestion de budget qui supposaient la saisie manuelle, donc fastidieuse, des dépenses et revenus. Toutefois, la gestion de budget constitue une réelle demande pour des Français « à la recherche d’une plus grande transparence bancaire et d’une gestion simplifiée de leur budget au quotidien ».

Les nouveaux services devront couvrir ces besoins, « notamment sur le mobile et les tablettes. » affirme-t-il.