Les actualitÉs : Banque en ligne

23.06.2013

Banque en ligne, les buralistes en embuscade

Ou plus exactement, Hugues Le Bret, président du comité de surveillance de la Financière des paiements électroniques (FPE) qui arrive avec son compte à bas coût. Ex directeur de la communication de la Société Générale et ancien dirigeant de Boursorama, Hugues Le Bret a obtenu de l’ACP (l’Autorité de contrôle prudentiel) l’autorisation en qualité d’établissement de paiement de distribuer un compte courant dans les bureaux de tabac et les distributeurs de presse. Ainsi, le « compte Nickel » verra le jour en novembre 2013.

Le Compte Nickel, un compte populaire

Désormais, il sera possible d’ouvrir un compte courant chez son buraliste ou sa maison de presse en présentant simplement une pièce d’identité et un numéro de téléphone mobile. Les distributeurs du « coffret Nickel », commercialisé au prix de 20 €, seront équipés d’une borne « Nickel » réservée à l’ouverture de compte et à la vérification d’identité. Les titulaires du compte effectueront ensuite librement leurs opérations de gestion courante sur internet ou depuis leur smartphone.

Simple, efficace, indépendant du réseau bancaire, le compte Nickel renouvelle les arguments des premières banques en ligne qui se plaçaient en alternative au secteur bancaire classique, pénalisé par leurs frais élevés et la perte de confiance des clients. À présent, le compte Nickel pousse plus loin la concurrence en ne posant aucune condition de revenus pour bénéficier d’une offre de services bancaires à bas coût.

Le compte Nickel intéresse particulièrement les jeunes et ceux qui sont frappés d’interdit bancaire, inscrits sur le fichier de la Banque de France. Ce compte trouvera également toute son utilité dans une approche complémentaire pour régler ses achats à distance sur internet, en toute sécurité.

Un compte courant différent

Le « compte Nickel » a tout du compte en banque hormis l’impossibilité pour le titulaire de tomber à découvert. Les débits sont strictement effectués en temps réel : si la somme d’argent disponible sur le compte est insuffisante, la transaction ne se fait pas.

Autre différence, la convention de compte ne s’accompagne pas de la remise de chéquiers.

En revanche, les clients disposent de la Mastercard, des services de relevés de compte et, bien sûr, des retraits et dépôts d’espèces dans les points de vente agréés. Les dépôts de liquide sont limités à 750 euros par mois et 250 euros par jour.

Annoncé 3 fois moins cher que les comptes des banques classiques, le compte Nickel, au dire de son fondateur, ne devrait pas dépasser les 50 euros par an. En plus de l’abonnement annuel de 20 euros, seront payants les retraits et dépôts de liquide, la réédition d’une carte volée ou perdue, ainsi que les appels au centre SOS Nickel, facturés au prix d’un appel local. Aucune commission d’intervention, ni incident de paiement ne seront facturés. En cas d’insuffisance de provision, le prélèvement est simplement rejeté sans frais pour le titulaire du compte.

Les sommes collectées sur les comptes Nickel seront déposées sur un compte de cantonnement géré par la banque Arkéa.

Le potentiel de Nickel

Prévu pour novembre 2013, sa distribution sera effective dans une quarantaine de tabacs-presse agréés par l’ACP. Le schéma d’expansion envisage 400 points de vente en janvier 2014 et plusieurs milliers en 2015.

À l’appui de ce réseau de proximité non bancaire, Hugues Le Bret espère 5 000 ouvertures par mois d’ici fin 2014 et près de 100 000 clients.