Effondrement de l’euro : quels sont les effets d’une parité euro-dollar ?

Banque

A euro a maintenant presque la même valeur qu’un dollar. La monnaie commune a chuté à son plus bas niveau depuis 20 ans ces derniers jours et s’est échangée hier à un niveau aussi bas que 1,0072 « greenbacks ».bien qu’elle ait ensuite récupéré un peu de terre (1.0152). Jusqu’à présent, en 2022, elle a accumulé une dépréciation d’environ 10%.

La faiblesse de l’euro répond à plusieurs raisons. Les craintes de récession dans la zone euro ont été renforcées ces dernières semaines par la réduction des livraisons de gaz russe à l’Allemagne. Le marché craint une réduction totale des livraisons, comme l’a prévenu vendredi la troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique et du Défi démographique, Teresa Ribera, qui n’exclut pas une situation de « tension maximale » dans les prochaines semaines. Cette situation entraînerait un renchérissement de l’énergie et un risque de rupture d’approvisionnement, éléments qui ouvrent la porte à une récession, comme le soulignent les indicateurs avancés. Le PMI composite pour l’activité de la zone euro est tombé à son plus bas niveau depuis 16 mois.

Le dollar se renforce face à la politique monétaire plus agressive de la Réserve fédérale américaine (Fed) face à la Banque centrale européenne (BCE), qui n’a pas encore relevé ses taux d’intérêt alors que la banque centrale américaine l’a déjà fait à trois reprises. Ce cocktail a rapproché la monnaie de l’UE de la parité avec le dollar, une situation qui ne s’était pas produite depuis 2002.

Chez Monex Europe, on souligne que « plus l’euro se maintient à ces bas niveaux, plus il est probable que la BCE intervienne, ce qui conduit à des spéculations sur un mouvement de 50 points de base lors de sa prochaine réunion ». À l’heure actuelle, on s’attend à une augmentation de 25 points de base le 21 juin et à une augmentation encore plus importante en septembre si l’inflation continue à être galopante, ce que la BCE elle-même a confirmé.

« La semaine dernière a marqué la fin d’un premier semestre brutal pour les actifs considérés comme risqués. Les craintes d’une éventuelle récession sont désormais le principal moteur des marchés des devises et le dollar américain en a profité », déclare Enrique Díaz-Álvarez d’Ebury. Il estime que « étant donné qu’un relèvement des taux de 25 points de base est presque certain lors de la prochaine réunion de la BCE et qu’un relèvement de 50 points de base lors de la suivante ne peut être exclu, nous pensons que les niveaux actuels auxquels la monnaie commune se négocie reflètent déjà une grande partie des mauvaises nouvelles et qu’il existe une possibilité de reprise significative lorsque les actifs risqués se stabiliseront ».

Jordan Rochester, stratégiste chez Nomura, voit l’euro à des niveaux compris entre 0,98 et 0,96 dollar. Mais quel effet cela a-t-il sur les poches ? Comme pour les devises, il y a deux côtés et les avantages et inconvénients dépendent de la devise utilisée.

Acheter ou vendre en dollars est plus cher. Ainsi, les Européens doivent payer plus cher, par exemple, les matières premières, dont le prix est fixé en dollars, et ce alors que les prix du pétrole et du gaz s’envolent. Les entreprises américaines peuvent être lésées parce que leurs produits deviennent plus chers pour les acheteurs étrangers.

Plus de pressions inflationnistes. Les personnes effectuant des transactions en euros verront leur valeur diminuer par rapport à la monnaie américaine, ce qui s’ajoutera à la perte de pouvoir d’achat déjà subie en raison de l’inflation élevée, qui atteint des niveaux records de plus de 8 % dans la zone euro et de 10 % en Espagne.

Simon Harvey, responsable de l’analyse du marché des changes chez Monex Europe, explique que « pour l’économie de la zone euro, une monnaie plus faible a tendance à être stimulante, notamment pour la balance commerciale de l’Allemagne. Toutefois, compte tenu de la crise énergétique actuelle et des pressions inflationnistes internes à la consommation au sein du bloc économique, une nouvelle dépréciation de l’euro ne fera que peser davantage sur les conditions de croissance et accroître la pression sur l’inflation ».

Les capitaux circulent de l’Europe vers les États-Unis parce que le dollar est plus rémunérateur. La hausse des taux américains a fait grimper les rendements obligataires américains jusqu’à 3 %, attirant les investisseurs à la recherche de rendements plus élevés. « Une BCE moins faucon alors que l’inflation continue de grimper en Europe a incité les investisseurs à fuir l’euro et à se tourner vers le dollar américain en réponse à la réaction de la Fed », explique Diego Morin, analyste chez IG.

Des exportations moins chères et des importations plus coûteuses en Europe. Par exemple, une entreprise française ou espagnole devra payer plus cher pour acheter des produits à l’étranger. Cependant, traditionnellement, la faiblesse de l’euro stimule les exportations, car elles sont plus attrayantes pour les acheteurs étrangers.

Le tourisme.Alors que les voyageurs américains se rendant en Europe pourront faire leurs achats à moindre coût, les Européens se rendant aux États-Unis devront mettre la main à la poche. Le fait que l’euro ne soit pas la seule monnaie à s’échanger plus faiblement que le dollar peut être une consolation. Par rapport à l’année dernière, l’euro est plus fort que la livre, le rand sud-africain, le zloty polonais, la couronne suédoise, le peso chilien, le forint hongrois et la livre turque », commente Monex Europe.

C’est en 2008, juste avant la crise financière, que l’euro a atteint un niveau record, s’échangeant à 1,58 dollar. Puis, la BCE a sorti son artillerie monétaire pour stimuler la croissance et la monnaie commune a commencé à se déprécier. Une hausse des taux de la BCE visant à ralentir l’inflation devrait stimuler l’euro, mais le problème est qu’elle est très en retard sur la Fed. En effet, Jerome Powell a entamé le resserrement monétaire en mars dernier avec une hausse de 25 points de base, suivie de hausses de 50 et 75 points de base respectivement lors des deux réunions suivantes.

En outre, une partie du marché estime que la BCE pourrait à un moment donné assouplir ses taux afin de prévenir un ralentissement économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.