Le La BCE sous les feux de la rampeen prévision de la prochaine réunion du 27 juillet : le degré d’agressivité de la politique monétaire de l’Eurotower ?

La question intéresse les analystes, les investisseurs et les hommes politiques de la zone euro car, alors que l’inflation montre des signes évidents de ralentissement, le moment de la mise en œuvre d’un plan de relance de l’Union européenne n’est pas encore connu. n’est pas mûr, selon Mme Lagarde..

Cela signifie que la Banque centrale européenne pourrait devenir l’une des plus « hawkish » des principales banques centrales à mesure que le resserrement de la Fed s’atténue. L’intérêt – et la crainte croissante – que suscite la stratégie de resserrement de Francfort concerne les retombées sur l’économie réelle.

La le resserrement du crédit a un impact sur les prêts hypothécaires, les prêts, les investissements et le sentiment des consommateurs, avec des déclarations pas trop voilées des gouvernements sur leur opposition à la politique de la BCE (comme cela s’est produit en Italie avec la critique de Meloni).

Entre-temps, cependant, l’inflation n’a pas suffisamment baissé et les vents contraires à la baisse des prix sont toujours prêts à souffler (l’incertitude de la guerre en Ukraine étant l’une des premières raisons de s’inquiéter).

Selon certains experts, le scénario global pour la zone euro s’aggrave : comment la BCE va agir et à quoi s’attendre? Quelques considérations.

Prévisions de taux de la BCE : pic à 4,50 %, plus élevé que prévu

La Banque centrale européenne augmentera les coûts d’emprunt à un maximum de 4,50 % en septembre, selon un sondage réalisé auprès d’économistes qui sont en train de devenir des spécialistes de la politique monétaire. plus agressifs au fur et à mesure que l’inflation s’avère rigide.

Un tel résultat signifierait deux mouvements supplémentaires d’un quart de pointà partir du 27 juillet. Les analystes interrogés par Bloomberg avaient précédemment prédit que le taux de dépôt atteindrait un maximum de 3,75 % et le taux d’intérêt de référence 4,25 %.

Leur changement d’opinion s’explique par une dégradation des perspectives d’inflation. Si la hausse des prix dans la zone euro à 20 pays va se modérer dans les mois à venir, elle ne le fera pas aussi rapidement que prévu. En outre, l’inflation en 2025 est maintenant de 2,1 pour cent, contre 2 pour cent précédemment.

La croissance des prix de base – l’objectif de Francfort même lorsque l’inflation globale s’estompe – est considérée comme un peu plus faible cette année qu’auparavant. Mais les projections pour 2024 et 2025 sont passées à 2,8 % et 2,4 %. Ce dernier chiffre dépasse les propres projections de la BCE pour cette année.

Y a-t-il des tensions au sein de la BCE ?

Ces résultats interviennent alors que le débat à la BCE fait rage sur le point final de sa période d’augmentation sans précédent. Certains fonctionnaires refusent d’exclure une prolongation de la campagne au-delà de l’été, bien que beaucoup s’inquiètent de l’économie, qui est en train de se détériorer. peine à sortir d’une légère récession dans laquelle elle est tombée pendant l’hiver.

Les politiciens rejettent l’idée d’un atterrissage brutal et les analystes sont d’accord : ils prévoient une progression de 0,2 % du produit intérieur brut pour chaque trimestre suivant le premier et maintiennent leurs perspectives de croissance à 1 % et 1,6 % pour 2024 et 2025.

Malgré cet optimisme, ils s’attendent à ce que la première baisse des taux d’intérêt aura lieu en avril 2024.

Dans les minutes de la réunion de juin, des évaluations discordantes sont apparues sur la valeur et le poids à accorder à l’inflation de base et sur la manière de procéder, certains membres étant convaincus qu’une augmentation de 50 points de base aurait déjà dû être effectuée le mois dernier.

Ce climat d’incertitude montre que l’Europe est arrivée à un moment crucial et que la BCE considère son action comme de plus en plus difficile et dans le collimateur des critiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *