Gagnants et perdants de la hausse des taux d’intérêt

Banque

Peu de gens pariaient sur une hausse des taux d’intérêt de cette ampleur, le double de ce qui a été annoncé. La décision de la Banque centrale européenne (BCE) de relever le taux d’intérêt directeur de 50 points de base pour le porter à 0,5 % aura un effet sur l’économie européenne. Euribor et, par conséquent, dans le coût de financement de quelque 4,1 millions de prêts hypothécaires à taux variable référencés à l’indice en Espagne.

Le site Euribor 12 moisqui a commencé le mois de juillet sous les 1% sur une base quotidienne, a commencé à s’accélérer ces derniers jours suite aux rumeurs d’un éventuel relèvement plus agressif des taux par la BCE, qui s’est finalement concrétisé par une hausse de 50 points de base au lieu de 25. À la veille de la réunion historique de la BCE, il a atteint un sommet annuel de 1,164 %. Jeudi, avant l’annonce de la décision de l’autorité monétaire, il s’est détendu à 1,142%. Ce vendredi, il a grimpé à 1,2% et enregistre un nouveau record. La moyenne mensuelle provisoire s’élève à 0,986%, bien au-dessus des -0,491% d’il y a juste un an, ce qui implique une augmentation substantielle du coût des prêts variables qui doivent être revus, étant donné que leurs taux d’intérêt sont calculés en utilisant l’Euribor.

Les perspectives ne sont donc pas du tout prometteuses pour les quelque 4 millions d’hypothèques à taux variable en Espagne, qui représentent 400 000 millions d’euros d’encours hypothécaire. Un prêt de 180.000 euros sur 25 ans avec un différentiel de 1% passera de 640 euros par mois à 760 euros, soit 120 euros de plus par mois et environ 1.440 euros de plus par an.

Siège de la BCE


Siège de la BCE REUTERS

« Les principaux perdants seront ceux qui ont contracté une hypothèque variable, car le remboursement de leur prêt leur coûtera désormais plus cher. Ceux qui veulent acheter un logement le ressentiront également, car il leur en coûtera plus cher pour obtenir un prêt hypothécaire, et ceux qui veulent vendre leur logement, car les ventes de biens immobiliers pourraient ralentir. Les plus grands bénéficiaires sont les épargnants, qui pourront d’une certaine manière atténuer l’inflation », expliquent les experts du comparateur de produits financiers HelpMyCash.com, qui soulignent que la hausse des taux d’intérêt officiels « fera grimper l’Euribor ».

La prévision de la plupart des experts est que l’Euribor 12 mois clôturera cette année près de 1,50 % et qu’il approchera ou dépassera 2 % en 2023. Toutefois, dans ce contexte, il ne semble pas exagéré d’atteindre 2 % dans les six prochains mois, souligne HelpMyCash.com : « Si les taux augmentent encore et que l’Euribor poursuit sa tendance à la hausse, ces prêts hypothécaires seront de plus en plus chers. Et si les familles doivent dépenser plus d’argent pour payer leur maison, elles auront moins à dépenser et, par conséquent, la consommation ralentira », soulignent-ils.

L’Euribor poursuit une hausse entamée à la mi-février, lorsque la BCE a modifié son discours sur l’Euribor. inflation. L’invasion de l’Ukraine a encore alimenté la hausse généralisée des prix, qui a battu des records, en resserrant la politique monétaire des grandes banques centrales plus rapidement que prévu.

Le changement de cap de la BCE a fait grimper les rendements obligataires et resserré le marché interbancaire, faisant également grimper l’Euribor, qui a atteint en avril dernier des valeurs positives pour la première fois depuis 2016. A la mi-juin, il a atteint 1% en taux quotidien pendant plusieurs jours, bien qu’il ait clôturé le mois à 0,852%. Aujourd’hui, il semble que l’indice se consolide au-dessus du seuil de 1 %, bien qu’au cours des dernières séances, le prix ait fait des montagnes russes. Actuellement, la moyenne mensuelle est de 0,971%. S’il clôture à ce niveau, il s’agirait du plus haut niveau depuis juillet 2012.

Hypothèques fixes

Les détenteurs de prêts hypothécaires fixes continueront à payer la même chose, étant donné que le taux fixe n’est pas affecté par les fluctuations de l’Euribor. Cependant, ceux qui veulent contracter un prêt hypothécaire à taux fixe maintenant se retrouveront avec des prix de plus en plus élevés, étant donné que les institutions financières ont déjà commencé à rendre ces prêts plus chers et continueront à le faire.

Les banques veulent inciter à contracter des taux d’intérêt variables, elles augmentent donc les intérêts sur les taux d’intérêt fixes. Selon HelpMyCash, le scénario le plus probable est que les taux fixes dépasseront 2,5% ou 3% dans quelques mois et que les taux d’intérêt d’environ 2% que certaines banques proposent encore disparaîtront de la carte. « Par conséquent, si une personne envisage de contracter un prêt hypothécaire fixe, il est conseillé de clore l’opération le plus tôt possible », disent-ils.

Juan Pedro Zamora, directeur du développement commercial de Hipoo, indique que, « s’il est vrai qu’il y a quelques semaines encore, il était très intéressant de passer d’une hypothèque variable à une hypothèque fixe en raison des faibles taux fixes qui prévalaient sur le marché, aujourd’hui, avec un taux fixe très élevé, cette circonstance n’est plus conseillée ». Toutefois, il conseille à ceux qui ont déjà un prêt hypothécaire de revoir les taux d’intérêt et les conditions contractées afin d’explorer les différentes possibilités qui peuvent découler d’une renégociation du prêt.

En général, s’endetter va coûter plus cher et cela concerne également les prêts personnels, même si les intérêts sur les crédits vont probablement augmenter petit à petit et que l’impact sera moindre que sur les prêts hypothécaires.

La hausse des taux pourrait avoir un autre effet sur les prêts hypothécaires : nous risquons de voir de moins en moins de prêts finançant plus de 80 % de la valeur d’achat d’une maison, affirment les experts de HelpMyCash.

Hipoo recommande de « prendre en compte le rapport entre le financement à obtenir et les taux applicables pendant la durée du prêt ». Il est particulièrement important d’effectuer une étude préalable dans laquelle le but de l’achat est établi au préalable, qu’il s’agisse d’un logement privé, d’une première ou d’une seconde résidence, ou d’un immeuble de placement, dans le but d’analyser les coûts du prêt, définis en fonction de chaque cas, expliquent-ils.

Épargnants

La hausse des taux d’intérêt devrait entraîner une augmentation de la rentabilité des produits d’épargne, tels que les dépôts et les comptes à terme. En fait, au cours des dernières semaines, plusieurs banques ont déjà pris les devants et amélioré la rémunération de l’épargne. Cependant, toutes ne suivront pas la même stratégie : celles qui ont besoin de liquidités ou qui veulent attirer des clients seront les premières à augmenter la rémunération de leurs dépôts, tandis que les grandes banques mettront plus de temps à le faire. Pour cette raison, il est probable que les augmentations ne se produiront pas en même temps ou immédiatement.

Avec une inflation actuelle de 8,6 % dans la zone euro, un dépôt d’un an à un taux d’intérêt annuel de 1,45 %, qui est l’un des meilleurs rendements actuellement disponibles sur la plateforme Raisin, où les dépôts des banques européennes peuvent être souscrits, est insuffisant. « Bien que cela puisse sembler un faible rendement, c’est beaucoup plus que ce que vous pouviez obtenir il y a quelques mois et c’est un moyen d’atténuer les effets de l’inflation », explique Laurent Amar, PDG de HelpMyCash.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.