Des options pour une épargne prudente alors que les taux décollent

Banque

L’augmentation des taux d’intérêt dans la zone euro est désormais une réalité. La Banque centrale européenne (BCE) a relevé ses taux d’intérêt directeurs, avec, étonnamment, une augmentation plus importante que prévu de 50 points de base à 0,5 %, afin de lutter contre une inflation préoccupante. Désormais, le rythme des hausses est incertain et dépendra de l’évolution de l’économie. Mais ce n’est que le début d’un changement de cap dans la politique monétaire après de nombreuses années de taux d’intérêt officiels à 0%, qui ont fait baisser l’inflation. le rendement de l’épargne prudente. Avec la remontée des taux d’intérêt, il y a de meilleures nouvelles pour les profils averses au risque.

Le scénario est très différent et depuis des semaines, nous constatons des rémunérations plus attrayantes dans le secteur de la santé. comptes et, surtout, dans le Dépôts. Pour l’instant, peu d’entités nationales se sont lancées dans la lutte pour le passif après avoir longtemps tenté de le chasser. Les grandes banques ne sont pas encore entrées en lice, mais les experts n’excluent pas qu’elles fassent à tout moment une offre qui briserait le marché et obligerait la concurrence à offrir des rendements plus élevés. Dans tous les cas, les améliorations seraient progressives au fur et à mesure que la facilité de dépôt, qui est le taux payé par les banques pour avoir de l’argent parqué à la BCE et qui est au plus bas historique de -0,5 % depuis 2019, est relevée. Ce jeudi, il est brusquement passé à 0 %.

L’inflation et les taux encore bas continueront à produire des taux d’intérêt réels négatifs.

Certaines banques profitent de la fin des taux négatifs pour canaliser l’épargne vers la fonds à revenu fixeoù les analystes commencent à voir des opportunités face à des valorisations plus juteuses. Les gestionnaires s’accordent à dire que c’est le bon moment pour créer un portefeuille à revenu fixe, avec des prix qui ont atteint leur niveau le plus bas et des rendements plus élevés. Ignasi Viladesau, directeur des investissements chez MyInvestor, souligne que ce qui est intéressant pour l’investisseur conservateur ne l’est « que dans certains secteurs et pour certains horizons temporels ». Pour Juan Gómez Bada, directeur des investissements et conseiller chez Avantage Fund, « le moment est venu de refaire confiance aux fonds monétaires d’une durée inférieure à six mois, où l’on obtiendra de meilleurs rendements que sur des comptes ou des dépôts ».

Tout cela sans perdre de vue un inflation galopante (8,6% dans la zone euro) qui érode le pouvoir d’achat. « Nous prévoyons que les taux réels, nets d’inflation, resteront négatifs pendant longtemps encore », déclare M. Gómez Bada. Le consensus prévoit des hausses de taux pour ramener l’inflation à un taux de 2% à moyen terme, même si elles constituent un frein à la croissance économique. « De nouvelles hausses de taux se profilent à l’horizon, probablement par paliers de 50 points de base », s’aventure Paul Diggle d’abrdn. « Les hausses de taux de la BCE continueront d’être plus faibles que celles des autres banques centrales », déclare Ben Laidler, stratège des marchés mondiaux chez eToro. Les taux devraient atteindre 2 % en 2023. Par la suite, certains prédisent déjà des coupes. « Le marché escompte une longue période de taux proches des sommets. Cependant, historiquement, la période entre la dernière hausse et la première baisse a été d’environ sept mois », note ING.

Le marché s’attend à ce que les taux directeurs de la BCE atteignent environ 2 % à la mi-2023.

Pour l’instant, le normalisation monétaire vient de commencer et le liquidité dans le système financier est encore abondant. La situation n’a rien à voir avec ce qu’elle était en 2008 et 2012, lorsque les marchés de financement de gros étaient fermés et que les banques espagnoles devaient recourir au passif des particuliers pour équilibrer leurs bilans. À cette époque, les banques versaient des rémunérations proches de 5 %. Aujourd’hui, les taux moyens sont encore proches de 0% et la plupart des experts s’accordent à dire que le transfert de la hausse des taux vers les rendements de l’épargne sera plutôt progressif, en raison de l’excès de liquidités, sauf exceptions.

Enrique Lluva, responsable adjoint des produits à revenu fixe chez Imantia Capital, souligne que la hausse des taux est plus perceptible dans la valeur des actifs à revenu fixe que dans les dépôts. « A titre d’exemple, nos portefeuilles à court terme avaient un rendement de 0,30% en octobre 2021 et dépassent aujourd’hui les 2%, et c’est ce dont bénéficieront désormais les épargnants investis dans des véhicules d’investissement. Les dépôts sont une autre histoire. Les institutions financières continuent de détenir des quantités très importantes de liquidités provenant de l’épargne des déposants et des injections de millions de dollars de la BCE toujours en vigueur et en attente de remboursement (TLTRO). Par conséquent, la vitesse de leur refonte sera plus étroitement liée à l’évolution réelle des taux », dit-il.

Chez M&G Investments, ils affirment que « le meilleur positionnement consiste à détenir un portefeuille diversifié à travers les classes d’actifs, notamment les actions, les titres à revenu fixe, les matières premières et les actifs réels ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.