Qu’adviendra-t-il de l’Euribor en 2024 ? Euribor en 2024 ? L’indice hypothécaire a clôturé le mois de décembre à 3,679 %, soit sa plus forte baisse mensuelle en 14 ans, depuis février 2009. Il est également à son plus bas niveau depuis mars. Désormais, les prévisions indiquent qu’il poursuivra sa tendance à la baisse pour atteindre des niveaux proches de 2 % d’ici la fin de l’année.

À l’heure actuelle, le marché escompte jusqu’à six en 2024 par la Banque centrale européenne (BCE).qui devrait être en ligne avec l’évolution de l’Euribor. XTB estime que le taux continuera à baisser dans les semaines à venir, « grâce à la poussée de l’inflation due à la baisse de la demande et aux futures décisions des banques centrales pour stimuler l’économie ».

Dans ce contexte, et selon l’évolution de l’Euribor dans d’autres périodes de baisses significatives comme en 2000 et 2008, ils estiment que « il ne serait pas surprenant que le taux d’intérêt de référence tombe à des niveaux proches de 2 % au cours de l’année »..

« Bien que la BCE n’ose pas prévoir le nombre de baisses de taux ou les dates, le marché s’attend actuellement à ce que les taux baissent de 150 points de base et à ce que la première baisse ait lieu en avril. Pour cela, nous avons devant nous diverses données sur l’inflation et la croissance qui permettront soit d’anticiper, soit de reporter la décision. Mais tout porte à croire qu’au moins pour les débiteurs, 2024 sera une année de soulagement et de reprise », ajoutent-ils.

Selon les prévisions de l’association des utilisateurs financiers Asufin, l’Euribor pourrait déjà être de 3,3 % en mars, de 3 % en juin et de 2,8 % en septembre. « A la fin de l’année prochaine, nous pourrions voir l’Euribor à 2,6% ».estiment-ils. En revanche, Funcas et Bankinter prévoient des chiffres plus élevés pour la fin de l’année 2024, respectivement 4,2 % et 3,25 %, tandis que Caixabank place l’Euribor à 3,06 %.

Que les projections pour les mois à venir soient correctes ou non, ce qui est clair, c’est que, pour l’instant, il semble que les emprunteurs hypothécaires à taux variable commencent à voir la lumière au bout du tunnel. « La bonne nouvelle est que tout indique que l’Euribor ne va plus augmenter.Le soulagement est donc de savoir que les remboursements n’augmenteront plus. En d’autres termes, nous pouvons dire que nous avons déjà connu le pire de ce cycle économique. Et maintenant, nous ne savons pas à quelle vitesse cet indice va chuter.« , peut-on lire sur le comparateur financier Helpmycash.

C’est pourquoi ils avertissent :  » Dans le cas où l’Euribor continue sa tendance à la baisse, les débiteurs hypothécaires qui ont leur révision semestrielle verront leurs remboursements diminuer un peu. Il n’en va pas de même s’il est annuel, car en janvier 2023, l’indice a clôturé à 3,337 %, ils ne verront toujours pas de réduction de leur quota« .

L’Euribor baisse « à un rythme effréné », définit-on dans Kelisto. Malgré cela, l’indice est à nouveau en hausse par rapport au mois de décembre de l’année dernière, ce qui a entraîné une baisse des taux d’intérêt. ne laisse aucun répit aux prêts hypothécaires variables avec les révisions annuelles qui sont examinées en janvier.. « La bonne nouvelle viendra cependant pour ceux qui ont une révision semestrielle, qui verront une baisse de leurs remboursements, car il y a six mois, l’Euribor était encore supérieur à 4 % », soulignent-ils.

Quand les détenteurs d’un prêt hypothécaire variable pourront-ils bénéficier d’un allègement ? Asufin calcule que pour les personnes dont le prêt hypothécaire doit faire l’objet d’une révision annuelle, et si la tendance à la baisse se poursuit, les économies pourraient se matérialiser dès février ou mars et que le montant de l’hypothèque pourrait être réduit d’un tiers. s’intensifieront au fur et à mesure que l’année avancerasurtout en juillet et en septembre. XTB partage cet avis et prévoit que les détenteurs de prêts hypothécaires à taux variable pourraient voir comment, à partir de février, si la tendance actuelle se poursuit, ils pourront refinancer leurs prêts hypothécaires à des taux plus avantageux.

Kelisto prévoit la même chose : « Dans ce contexte, il est probable que nous verrons des hausses de moins en moins prononcées des hypothèques variables et des taux d’intérêt plus bas. même des baisses à partir de février ou marsl’Euribor devrait se consolider entre 3 % et 3,5 % au deuxième trimestre de l’année, avant de passer en dessous de cette fourchette au second semestre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *