La CECA maintient ses propositions d'augmentation salariale de 5%.

CECA maintient sa proposition d’augmentation salariale de 5% dans le nouvel accord collectif sur l’épargne qu’elle négocie avec les syndicats, malgré l’opposition persistante des syndicats à cette proposition et les menaces de mobilisation.

FINE a déclaré dans un communiqué que la CECA avait « nié » la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs lors de la quatrième réunion de la nouvelle table de négociation collective et avait demandé au syndicat de réduire sa proposition d’augmentation salariale.

Ces dernières années, CECA a qualifié de « légendaire » la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs de l’épargne – parce que les unités dans le voisinage de CECA sont d’anciennes caisses d’épargne – et a fait passer une proposition présentée le 12 décembre de l’année dernière que nous, à FINE, considérons comme clairement insuffisante », a déclaré l’organisation.

Le syndicat considère que la proposition patronale « ne compense pas » la perte de pouvoir d’achat et l’augmentation des défis auxquels est confrontée la main-d’œuvre, « de plus en plus épuisée, sur une période déjà très longue et qui continue à s’allonger ».

FINE rappelle qu’à l’occasion de cette quatrième réunion, elle avait espéré que les employeurs fassent un « geste positif » à l’égard des salariés et « montrent qu’ils sont de leur côté ». « Ils se limitent à nier la réalité et n’acceptent pas la situation et le climat de travail compliqués dont souffrent les travailleurs, qui seront aggravés sur le plan économique à la fin du mois de janvier par l’augmentation de 5% des cotisations sociales, alors que l’IPC continue de grimper dans un environnement de taux très compliqués », ajoutent-ils.

Elle affirme que l’accord en cours de négociation est un accord de « redressement » et que les résultats du secteur, qui sont sur le point d’être publiés, « ne justifient en rien la consolidation de la perte salariale qui est en train de se produire ».

Pour sa part, l’UGT a indiqué, par le biais d’un autre communiqué, qu’elle « ne peut trouver aucune qualification » à la réunion tenue aujourd’hui, puisque les entités, qui vont battre « tous les records de profit », sont « totalement inconscientes » de la perte de pouvoir d’achat du personnel. « Il semble que la seule chose qui compte, c’est le compte de résultat de chaque année », ajoutent-ils.

Les syndicats CCOO, UGT et FINE soulignent ainsi que le scénario actuel et l’attitude des entités à la table des négociations les amènent à établir une « escalade d’actions » en vue des assemblées générales des actionnaires qui se tiendront à la fin du mois de mars.

La cinquième réunion de la table de négociation de l’accord sur l’épargne se tiendra le 30 janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *