Bankinter obtient un bénéfice record de 845 millions d'euros en 2023

Le Groupe Bankinter a obtenu un bénéfice record de 845 millions d’euros en 2023, ce qui représente une augmentation de 51% par rapport au chiffre de 2022, comme l’a déclaré l’entité elle-même ce jeudi à la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

Bankinter a réalisé ce bénéfice exceptionnel même après avoir payé un total de 77 millions d’euros de la nouvelle taxe sur le secteur financier.

Il convient de mentionner qu’en 2021, Bankinter a dépassé ces bénéfices en raison de l’impact extraordinaire de la scission de Línea Directa du groupe, qui lui a permis d’enregistrer un bénéfice de 1 333 millions d’euros. Cependant, si l’on ne tient pas compte de cet élément extraordinaire, le bénéfice de cette année-là est réduit à 437 millions d’euros.

A l’horizon 2023, l’entité explique que l’évolution favorable des taux d’intérêt, l’augmentation des volumes dans toutes les rubriques du bilan et la gestion  » plus active  » des avoirs de la clientèle ont conduit à une  » croissance substantielle  » des marges et à une amélioration de la rentabilité et de l’efficacité.

Ainsi, les revenus nets d’intérêts ont atteint 2 213,5 millions d’euros, soit 44 % de plus qu’à la clôture de l’exercice 2022, tandis que les revenus bruts (qui englobent tous les revenus), ont atteint le niveau record de 2 660,5 millions d’euros, avec une augmentation de 27,7 % sur l’année. Le taux de croissance annuel de cette marge au cours des cinq dernières années a été de 13 %.

Les revenus de commissions s’élèvent à 817 millions d’euros, dont 196 millions proviennent de l’activité de gestion d’actifs. Il convient de noter ceux provenant des activités d’encaissement et de paiement (182 millions d’euros, en hausse de 10 % sur l’année) et du négoce de titres (121 millions d’euros, en hausse de 10 %). Les commissions nettes se sont élevées à 624,3 millions d’euros, en hausse de 3 %.

Quant au résultat d’exploitation avant provisions, il clôture l’année à 1 667,2 millions d’euros, en hausse de 43 %, après avoir absorbé des coûts d’exploitation en augmentation de 8 %, en raison d’une  » augmentation de la rémunération variable du personnel pour l’atteinte des objectifs, de la croissance des charges sociales et de la prise en charge des coûts découlant de la création d’une nouvelle coentreprise au Portugal « , explique la banque.

En ce qui concerne les différents ratios, le rendement des fonds propres (ROE) a atteint un « chiffre historique » de 17,1 %, contre 12 % l’année précédente, avec un rendement des fonds propres tangibles (RoTE) de 18,2 %.

Le ratio de capital CET1 entièrement chargé a atteint 12,3 %, par rapport au minimum réglementaire de 7,8 %. Le ratio NPL du groupe s’est établi à 2,1 % à la fin de l’année, soit un point de base au-dessus du niveau auquel il a été clôturé en 2022. Dans le cas spécifique de l’Espagne, le ratio NPL a augmenté à 2,4%, bien que Bankinter souligne qu’il est « bien en dessous » de la moyenne du secteur, qui selon la Banque d’Espagne s’élevait à 3,57% en novembre. La couverture des NPL était de 64,7% à la fin de l’année.

Le ratio d’efficacité de la banque s’est établi à 37,3 %, ce qui se compare « très favorablement » aux 44 % de l’année précédente (34 % en Espagne).

Enfin, Bankinter souligne que la situation des liquidités est « optimale » et que le volume des dépôts par rapport aux prêts s’élève à 106 %, contre 102,8 % l’année dernière.

Le total des actifs du groupe s’élevait à 113.011,6 millions d’euros au 31 décembre 2023.

Les prêts et avances à la clientèle s’élevaient à 76 885,7 millions d’euros, soit 3,6 % de plus qu’il y a un an. En Espagne, les prêts de la banque ont connu une croissance légèrement inférieure, de 1 %, en raison de la faiblesse du marché immobilier.

Les fonds de la clientèle de détail se sont élevés à 81 574,8 millions d’euros, soit une augmentation de 8,5 % par rapport au même chiffre il y a 12 mois.

Le volume des fonds hors bilan gérés a également connu une forte croissance, de 18,1 %, pour atteindre 43 937 millions d’euros, grâce à la fois à l’attraction de nouvelles affaires et au transfert au sein de la banque d’autres produits.

Par lignes d’activité, la contribution la plus importante au revenu brut de la banque est venue du secteur des entreprises, dont le portefeuille de prêts a atteint un volume de 32 800 millions d’euros, soit une augmentation de 4,6 % sur l’année.

En ce qui concerne la banque commerciale, la banque a clôturé avec des actifs sous gestion de 103 000 millions d’euros, soit 11 % de plus qu’il y a un an, avec des nouveaux actifs nets de 6 000 millions d’euros, tandis que l’activité de gestion de patrimoine a enregistré un volume d’actifs sous gestion de 57 800 millions d’euros, contre 51 100 millions d’euros il y a un an, et des nouveaux actifs nets de 3 200 millions d’euros.

Dans la banque de détail, les actifs sous gestion ont totalisé 45 600 millions d’euros, soit 10,1 % de plus qu’à la fin de l’année 2022, avec une collecte nette de 2 800 millions d’euros au cours de l’année.

Par type de produit bancaire commercial, Bankinter souligne que l’année a été  » bonne  » pour la performance des fonds hors bilan sous gestion (fonds d’investissement propres et de tiers, fonds de pension, gestion d’actifs et sicavs). Concrètement, la croissance de ces fonds a été de 18% sur l’année, soit 6,7 milliards d’euros en termes absolus.

Par produit, les fonds d’investissement propres ont augmenté de 15 %, les fonds de tiers de 18 %, les fonds de pension de 12 % et les activités de gestion d’actifs et les sicavs de 30 %.

En ce qui concerne l’évolution du portefeuille de comptes salaires, il a connu une baisse du volume des soldes, 13.000 millions d’euros contre 16.700 millions d’euros en 2022, bien que le nombre de comptes ait augmenté de 4 %. Au cours des cinq dernières années, le portefeuille de ce type de compte a augmenté de 57 %.

D’autre part, Bankinter souligne que le solde des hypothèques résidentielles s’élève à 34,9 milliards d’euros à la fin de 2023, avec une croissance de 3,5% sur l’année. En Espagne, on observe une légère baisse de 0,1%, bien qu’une « certaine reprise » soit visible au cours du dernier trimestre.

La nouvelle production hypothécaire générée au cours de l’année s’est élevée à EUR 5.800 millions, en chiffres totaux du groupe, y compris EVO Banco, dont 39% d’hypothèques à taux fixe. C’est 14% de moins que la nouvelle production de 2022, qui était une année très positive, et c’est lié à la baisse de l’activité sur le marché de l’immobilier.

Bankinter Investment a également contribué à hauteur de 233 millions d’euros à la marge brute du groupe financier. Dans le cadre de son activité d’investissement alternatif, la filiale a déjà lancé 23 véhicules structurés investis dans différents projets de l’économie réelle, avec un capital engagé de 4,7 milliards d’euros.

Par zone géographique, Bankinter Portugal a clôturé 2023 avec un portefeuille de prêts de 9,2 milliards, soit 16% de plus qu’il y a un an, tandis qu’en Irlande, où la banque opère par l’intermédiaire d’Avant Money, le portefeuille a atteint 3 milliards, soit 34% de plus. Sur ce volume, 2,2 milliards correspondent à des prêts hypothécaires, soit une augmentation de 41%.

D’autre part, Bankinter Consumer Finance a contribué à la marge brute du groupe à hauteur de 397 millions d’euros, soit 16% de plus qu’en 2022, tandis que le portefeuille d’investissement a augmenté de 23% pour atteindre 6.800 millions d’euros.

Quant à EVO Banco, elle a atteint le seuil de rentabilité de l’année dernière dans son activité, enregistrant un revenu de marge brute de 66 millions d’euros, soit une augmentation de 78%. Son portefeuille d’investissement a atteint 3.393 millions d’euros à la fin de 2023, après avoir augmenté de 25% par rapport à 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *