électricité en France

Pourquoi l’Europe doit faire face à un prix de l’électricité de plus en plus élevées ?

Finance

Les organisations de défense des consommateurs signalent que les habitants les plus défavorisés d’Europe risquent de tomber dans la précarité énergétique en raison de l’augmentation mondiale des coûts de gros de l’électricité et du gaz. Cette tendance devrait se poursuivre dans un avenir prévisible.

Pourquoi le prix de l’électricité est-il si élevé ?

Lorsque les entreprises énergétiques acquièrent du gaz et de l’électricité pour les revendre aux utilisateurs finaux, elles le font à un prix appelé prix de gros. Comme c’est le cas sur de nombreux marchés, ce prix peut varier à la hausse ou à la baisse en fonction de l’offre et de la demande sur le marché.

Pendant les mois d’hiver, lorsque les besoins en chauffage et en éclairage sont plus importants, les coûts ont tendance à augmenter, alors que pendant les mois d’été, les prix ont tendance à baisser.

En septembre de l’année dernière, les prix ont commencé à grimper au-delà de ce qui était considéré comme des niveaux historiquement moyens. Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a débuté le 24 février, les perturbations de l’approvisionnement ont fait grimper les prix encore plus haut.

Juste avant le début du conflit, le gouvernement allemand a mis un terme à la construction du gazoduc Nord Stream 2, qui aurait plus que quadruplé la quantité de gaz russe transportée vers l’Europe.

En juillet, la Russie a réduit les quantités de gaz fournies par le Nord Stream 1 à 20 % de sa capacité, en invoquant des problèmes de maintenance. Le gouvernement allemand a déclaré qu’il s’agissait d’un prétexte utilisé par Moscou pour se venger des sanctions occidentales.

Après avoir déclaré qu’elle avait identifié des défauts dans le gazoduc lors de sa maintenance, la Russie a déclaré vendredi qu’elle ne respecterait pas le délai initial de samedi pour rétablir les flux via Nord Stream 1 vers l’Allemagne. Cette décision rendrait beaucoup plus difficile l’approvisionnement de l’Europe en combustible d’hiver.

Après avoir été arrêté pendant trois jours en raison d’une maintenance nécessaire, le gazoduc Nord Stream 1, qui passe sous la mer Baltique, devait être remis en service.

L’arrêt des centrales nucléaires en France et une vague de chaleur généralisée dans toute l’Europe cet été ont tous deux contribué à une augmentation de la demande.

Le prix du gaz européen au hub néerlandais TTF a augmenté de près de 350 % en un an, tandis que le prix des contrats d’électricité de première année en Allemagne et en France a augmenté de 540 % et 790 % respectivement.

Combien de temps l’augmentation du prix de l’électricité va durer ?

De nombreux observateurs du secteur du gaz prévoient que les prix élevés actuels persisteront au moins pendant les deux prochaines années.

Cet hiver, on prévoit que la concurrence mondiale accrue pour le gaz et le charbon empêchera les prix de baisser. Les prix sont susceptibles d’augmenter s’il y a une nouvelle interruption de l’approvisionnement en gaz en provenance de Russie, comme un arrêt complet de Nord Stream 1.

Bien que les pays européens soient en passe de reconstituer les sites de stockage de gaz à un niveau minimum de 80 % d’ici le 1er octobre, un hiver exceptionnellement rigoureux pourrait rapidement épuiser ces réserves.

Un grand nombre de fournisseurs d’énergie, y compris les tarifs de détail, augmentent les prix pour les clients afin de couvrir la hausse des coûts de gros. Par exemple, en Grande-Bretagne, le coût de gros d’une facture biénergie (qui comprend à la fois l’électricité et le gaz) peut monter jusqu’à 40 %.

Le jour de la livraison, la veille, ou même des mois ou des saisons à l’avance, les fournisseurs peuvent acheter de l’énergie sur le marché de gros, car ils tentent de prévoir le moment où les coûts seront les plus bas et de déterminer la quantité d’énergie qu’ils doivent acquérir pour répondre à la demande de leurs clients.

Si les fournisseurs n’achètent pas une quantité suffisante d’énergie, ils peuvent être obligés d’acheter plus d’énergie à un prix potentiellement plus élevé selon les mouvements du marché.

L’action gouvernementale sur le prix de l’électricité

En juillet, l’Union Européenne a demandé à ses États membres de réduire volontairement leur demande de gaz de 15 % pour l’hiver prochain, avec la possibilité de procéder à des coupes forcées.

Avant cette annonce, un certain nombre de pays européens avaient déjà pris des mesures pour réduire la consommation, notamment en adoptant des règles régissant les températures des systèmes de climatisation et de chauffage dans les bâtiments publics et commerciaux.

Le deuxième niveau d’une stratégie d’urgence en matière de gaz à trois niveaux est actuellement mis en œuvre en Allemagne. Au cours de la troisième étape, il est prévu de réduire la quantité d’approvisionnement destinée à l’industrie.

À partir d’octobre, elle mettra également en place une taxe sur le gaz afin de répartir les coûts élevés du remplacement du gaz russe entre tous les consommateurs finaux d’Allemagne. Toutefois, cela pourrait entraîner une augmentation de la facture énergétique allemande de 480 euros (489,46 dollars) par an.

Des gouvernements ont également annoncé la mise en œuvre de mesures telles que des plafonds de prix, des subventions et la suppression des taxes environnementales ou de la TVA sur les factures.

Le Royaume-Uni, qui dépend fortement du gaz pour le chauffage, a mis en place en 2019 un plafonnement des prix sur les tarifs énergétiques les plus utilisés. Ce plafonnement des prix fixe un tarif maximal par unité d’énergie et limite à 1,9 % le montant des bénéfices que les fournisseurs d’énergie peuvent réaliser.

En revanche, il est prévu que ce plafond passe à plus de 4 200 livres (ou 5 075,28 dollars) par an en janvier, ce qui représente une augmentation de 230 % par rapport à l’année précédente.

Que peuvent faire les consommateurs face au prix de l’électricité ?

La demande de gaz en Europe provient des ménages à raison de 30 à 40 %. Environ quatre-vingt pour cent de la demande de gaz dans les foyers provient du chauffage, le reste de la demande provenant de la cuisine et de l’eau chaude.

La saison hivernale du gaz, qui s’étend d’octobre à mars, connaît souvent une demande plus importante que la saison estivale.

Les analystes de Bernstein pensent que certaines mesures prises par les foyers pourraient permettre de réduire de 30 % la demande de gaz dans les maisons.

La demande de gaz dans une maison pourrait être réduite d’environ 7 % simplement en abaissant d’un degré le réglage de la température sur un thermostat, de 20 degrés Celsius à 19 degrés Celsius.

Une réduction supplémentaire de 4 % de la demande des ménages pourrait être obtenue en enfilant un pull volumineux lorsqu’on se prélasse à la maison pendant la saison hivernale.

Il est possible d’économiser entre 3 et 6 % sur les coûts de chauffage en retardant le début de la saison de chauffage jusqu’en novembre au lieu d’octobre, ou en éteignant le chauffage en février au lieu de mars. On peut encore réduire de 7 % la demande en éteignant les radiateurs dans les zones non utilisées, en utilisant des pommes de douche qui consomment moins d’eau et en limitant l’utilisation de la chaudière à deux fois par jour.

La campagne « Don’t Pay UK » est en cours au Royaume-Uni, avec pour objectif de ramener le coût des factures mensuelles d’énergie à un niveau plus raisonnable et d’encourager les particuliers à cesser de payer leur énergie par prélèvement automatique à partir du mois d’octobre.

Derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.