Le Crédit Agricole réalise un bénéfice de 6,348 milliards d'euros en 2023

Le Crédit Agricole a réalisé un résultat net part du groupe de 6 348 millions d’euros en 2023, soit une augmentation de 19,6% par rapport à celui enregistré en 2022.

Sur l’ensemble de l’année, le résultat de la banque française a bénéficié d’éléments spécifiques ayant un impact positif de 425 millions d’euros, dont 188 millions d’euros d’éléments comptables et 237 millions d’euros d’éléments non récurrents.

Ainsi, hors éléments spécifiques, le résultat net sous-jacent atteint 5 923 millions d’euros, en hausse de 11 % par rapport à 2022.

Les revenus du Crédit Agricole ont progressé de 11,9% à 25,18 milliards d’euros, tandis que le coût du risque de crédit s’est élevé à 1,777 milliard d’euros, en hausse de 1,8% par rapport à l’année précédente.

Entre octobre et décembre, l’entité française a obtenu un résultat net part du groupe de 1.334 millions d’euros, soit 25,2% de moins qu’un an plus tôt, malgré la hausse de 1,2% du chiffre d’affaires à 6.040 millions d’euros, alors que le risque de crédit est resté stable à 440 millions.

« La solidité de nos résultats pour 2023 et le quatrième trimestre, bien qu’évidemment affectés par un grand nombre de sinistres liés aux intempéries, prouvent une fois de plus que notre modèle économique est solide et utile », a déclaré Philippe Brassac, directeur général du Crédit Agricole.

Séparément, la banque française a déclaré s’attendre à ce que la Banque centrale européenne (BCE) ne procède pas à sa première baisse de taux de 25 points de base avant septembre 2024, suivie de cinq baisses de 25 points de base chacune pour atteindre le taux neutre, avec un taux de dépôt de 2,50 % au deuxième trimestre 2025, ce qui porterait les taux de refinancement et de dépôt à 2,75 % et 2,50 % respectivement d’ici la fin de l’année prochaine.

Concernant les États-Unis, le Crédit Agricole ne voit pas de baisse de 25 points de base avant juillet de cette année, avec une autre baisse de 25 points de base possible en novembre, ce qui placerait la borne supérieure du taux des fonds fédéraux à 5 % fin 2024. La Fed pourrait accélérer les baisses en 2025, ce qui placerait la borne supérieure à 3,50 % à la fin de l’année prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *