Podemos propose un plafonnement temporaire de la hausse des hypothèques variables pour les ménages vulnérables

Banque

Podemos propose au sein de l’exécutif d’établir une plafonnement temporaire de la hausse des prêts hypothécaires à taux variable. de protéger les familles vulnérables face à une hausse verticale de l’Euribor, qui se traduirait en pratique par une réduction des remboursements mensuels pouvant atteindre 150 euros.

Le taux hypothécaire par excellence est en hausse libre depuis des mois en raison du resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), passant de -0,5% en début d’année à 2%. Aujourd’hui, le L’Euribor à douze mois a continué à augmenter pour atteindre 2,102% en taux journalier. et la moyenne provisoire pour septembre s’établit à 1,950% contre -0,492% il y a un an. Cela signifie une forte augmentation du coût des prêts hypothécaires variables déjà accordés, les remboursements augmentant en moyenne de 2 000 euros. Et les prévisions indiquent que l’Euribor continuera à augmenter dans les mois à venir.

Le parti violet a déjà envoyé sa proposition ce lundi au PSOE avec le désir de négocier en vue d’inclure la mesure dans le décret-loi du plan de contingence pour les effets de la guerre en Ukraine. Dans le même temps, le groupe parlementaire de Unidas Podemos, compte tenu de l’urgence de la situation, enregistrera également la proposition en tant que projet de loi au Congrès dans les prochains jours.

La porte-parole du gouvernement, Isabel Rodríguez, a déclaré mardi qu’elle  » apprécie  » la proposition de son partenaire au gouvernement, Unidas Podemos, bien qu’elle ait demandé de se concentrer sur l’ensemble des mesures qui ont déjà été adoptées et sur l’effort national qu’elles représentent.

Concrètement, selon des sources du parti violet, la proposition est que les banques offrent obligatoirement à leurs clients la possibilité de bénéficier d’une réduction de leurs prêts hypothécaires. Ainsi, pendant un an, le différentiel des prêts hypothécaires à taux variable serait de 0,10%, sans augmenter la durée de remboursement du prêt.

Les banques continueraient à faire des bénéfices et éviteraient de faire défaut sur leurs prêts.

Selon les calculs de Podemos, l’abaissement de la mensualité se situerait entre 100 et 150 euros et garantirait que les institutions financières continuent à réaliser des bénéfices, bien que plus faibles, sur ces prêts, tout en réduisant les situations de délinquance.

La proposition du parti violet vise les familles qui ont des difficultés à payer leurs hypothèques et, par conséquent, elle prendrait comme référence les seuils qui ont été fixés pendant la pandémie pour déployer les moratoires sur les hypothèques et les loyers.

Selon Podemos, la hausse de l’Euribor à 2% génère un impact substantiel sur les paiements des ménages, jusqu’à 200 euros de plus par mois, et dans certains cas, une hausse de plus de 30%. « Cela signifie non seulement que des millions de familles en Espagne auront beaucoup plus de difficultés à joindre les deux bouts, mais cela pourrait également conduire à une situation de défaut de paiement, voire de défauts massifs, mettant en danger la stabilité du système bancaire, comme cela s’est produit lors de la crise hypothécaire il y a plus de 10 ans », avertit Podemos.

Le porte-parole d’Unidas Podemos au Congrès, Pablo Echenique, a souligné sa totale volonté de négocier cette mesure avec les socialistes et que, en l’absence d’accord, ils enregistreront un projet de loi. Dans le même temps, il a déclaré que son partenaire de coalition les a remerciés pour la proposition et pour leur volonté de débattre de cette initiative, qu’il a qualifiée d' »équilibrée » et de « sensée » pour éviter que la crise économique ne devienne également une crise financière.

Le chef du groupe confédéral a justifié que la « remontée » des taux d’intérêt rend évidente la nécessité de limiter la hausse des prêts hypothécaires à taux variable qui, s’ils étaient appliqués, pourraient réduire de 60 % le montant moyen des versements hypothécaires.

Il a également souligné que la situation économique est « énormément difficile », comme le révèlent les indices CPI, et qu’ils sont clairs en soulignant que le gouvernement déploie des mesures courageuses mais que la meilleure façon d’éviter le « gouffre économique en Europe » est de parvenir à la paix en Ukraine, qu’ils défendent également par principe, au respect des droits de l’homme et à la fin des meurtres d’Ukrainiens aux mains des troupes russes.

Son collègue et leader de En Comú Podem, Gerardo Pisarello, a averti que quatre millions de familles sont touchées par cette hausse des taux d’intérêt et qu’il est « fondamental » d’appliquer un « pare-feu », par le biais de ce plafond, pour protéger les familles et limiter « l’enrichissement scandaleux » des grandes banques.

L’UI veut également atténuer l’augmentation des prêts hypothécaires.

D’autre part, l’IU a avancé hier qu’elle travaille sur une initiative pour qu’une partie de la taxe extraordinaire sur l’électricité et les banques soit utilisée pour alléger directement l’augmentation de la charge hypothécaire des ménages, de manière progressive et en fonction des revenus de chaque famille.

Ainsi, la formule préconisée par le parti d’Alberto Garzón implique un allègement fiscal des ménages, mois par mois, sur leurs paiements, en fonction de leurs revenus et justifié par la situation née de la hausse des prix. En matière économique, les Morados ont déclaré hier qu’ils continueront à exiger le déploiement d’une réforme fiscale progressive et la baisse de l’abonnement mensuel aux transports publics à 10 euros.

« Cela ne vaudra pas la peine », selon Asufin.

Pour sa part, l’Association des utilisateurs financiers, Asufin, estime que la proposition de limiter temporairement le différentiel des hypothèques « ne va pas en valoir la peine » et demande, au contraire, aux banques d’accélérer les changements ou les subrogations de ces variables à d’autres hypothèques compétitives à taux fixe.

L’Asufin exprime donc ses doutes quant à l’efficacité de la mesure présentée par la formation violette et signale qu’elle retombe dans l’erreur selon laquelle les exigences sont très restrictives et laisseront de côté de nombreuses familles, comme cela s’est produit avec les moratoires coviduels du gouvernement qu’ils qualifient d' »échec ».

Pour toutes ces raisons, il exhorte les banques elles-mêmes à accélérer les opérations de changement, de novation et de subrogation des hypothèques variables en taux fixes compétitifs et rappelle qu’il n’y a rien de mieux pour les consommateurs qu’un marché concurrentiel qui ajuste les prix et correspond aux besoins de chaque famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.