BBVA avertit que la taxe bancaire pourrait entraîner une baisse de la consommation, des investissements et des recettes fiscales.

Banque

BBVA réunit le gouvernement et les entreprises lors de son Forum sur le développement durable

Carlos Torres Vila, président de BBVA, avertit que la taxe bancaire pourrait être « contre-productive » car elle ralentira l’économie espagnole en raison du rôle important du secteur. C’est ce qu’il a déclaré lors d’une session du cycle de dialogues du Cercle d’Economia à Barcelone, à laquelle il a participé avec Jaume Guardiola, président de cette institution.

« Mettre un frein au système circulatoire de l’économie conduira à moins de croissance : moins de capital, moins d’investissement, moins de croissance, moins d’emploi, moins de richesse et moins d’impôts », a-t-il déclaré.

Il a également déclaré qu’il s’agissait d’une période d’incertitude maximale et très difficile, notamment en raison de l’invasion de l’Ukraine, qui, selon lui, entraînera des changements dans l’ordre mondial, une diminution des échanges commerciaux et donc de la croissance.

Il a également souligné qu’à court terme, il y a de l’inflation, et a mis en garde contre la vulnérabilité dans le domaine de l’énergie, ainsi que l’impact que tout cela aura sur l’inégalité.

« Dans tout ce contexte de ralentissement, je comprends la nécessité de lever des fonds pour pouvoir soutenir, mais les mesures qui sont prises doivent être des aides directes aux plus vulnérables et qui faussent le moins possible le fonctionnement des marchés », a-t-il réfléchi.

En ce qui concerne le pacte sur les revenus, M. Torres a mis en garde contre les dangers d’une spirale inflationniste et a demandé d’éviter d’entrer dans une course pour « faire payer les autres », ce qui conduira à davantage d’inflation et de pauvreté pour tous.

« Il faut le faire, ce n’est pas facile, parvenir à des accords entre tous ceux qui ont des responsabilités. Il existe de nombreux groupes : les retraités, les travailleurs, les bénéfices des entreprises, etc.

Il a également souligné que, dans ce groupe, en citant la CEOE, il y a les recettes fiscales de l’État, « qui ont également augmenté et doivent en faire partie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.