Hausse des taux d’intérêt, inflation galopante et récession à venir. La combinaison parfaite pour que l’économie familiale et le porte-monnaie du consommateur souffrent. Face à cette situation, de plus en plus de personnes se tournent vers les services suivants réunifier les prêts. En plus du danger potentiel de augmentation du coût et donc de la dette, il y a le risque de la décision croissante de contracter ce type d’opérations avec les établissements non surveillés par le Banco de Españaqui en profitent pour abuser l’utilisateur avec l’inclusion de frais et le regroupement de produits.

Bien que majoritaires, deux opérations de réunification de la dette sur trois (68,2%), un pourcentage qui n’a guère changé par rapport aux 68,3% de l’année dernière, continue à être contracté avec les banques26% sont représentés par des entreprises considérées et incluses dans « autre type d’entité », selon la dernière étude d’Asufin.

L’association des utilisateurs financiers considère ce pourcentage « inquiétant »Les « entreprises sont les seules des trois groupes considérés qui ne sont pas supervisées par la Banque d’Espagne et, par conséquent, ne sont pas contrôlées par le Banco de España, le risque pour le client augmente« . De leur côté, les établissements financiers de crédit (EFC), qui signent 5,8% des transactions.

Et cette augmentation de la contractualisation des réunifications avec des capitaux privés, c’est-à-dire non accordés par les banques ou les CFC, entraîne une autre conséquence, également préjudiciable au consommateur : que les fautes professionnelles sont en augmentationcomme le regroupement des frais et la vente liée de produits.

Sur l’inclusion de les coûts de financement (notaire, évaluation ou enregistrement, entre autres), la hausse est considérable : de 84,5% en 2021 à 85,2% aujourd’hui. « L’augmentation de l’inclusion des frais est plus modérée, car les sociétés de conseil qui peuvent négocier la réunification les facturent généralement à l’avance », expliquent-ils. En revanche, ceux qui les distribuent en prêt représentent désormais 22,6%. Quant à la regroupement de produitsest celui qui a le plus augmenté. Bien qu’elle ne représente que 26,4 % des transactions, elle est en hausse par rapport aux 24 % du mois précédent.

PLUS DE FAMILLES RÉUNIFIENT LES DETTES

L’étude montre également une augmentation du nombre de personnes demandant une opération de réunification. Plus précisément, 4,4 % des personnes interrogées, représentant une population d’environ 810 000 familles, déclarent avoir eu recours au regroupement de dettes pour réduire leurs dépenses mensuellesIl s’agit d’une légère augmentation par rapport à l’année dernière, où elle était de 4,1 %, ce qui se traduit par 55 000 ménages supplémentaires.

En ce qui concerne la forme d’instrumentalisation, les changements sont faibles : l’hypothèque augmente, passant de 58,1% en 2021 à 58,3% cette année et chute dans la même proportion à 41,7% de prêts personnels comme forme de réunification.

En ce qui concerne les produits, la hausse de deux d’entre eux est importante. D’une part, le cartes de créditqui sont incorporés dans 92,3 % des transactions ; en revanche, les mini-créditsqui sont déjà présents dans quatre réunifications sur dix. En revanche, la part des prêts personnels a légèrement diminué, passant de 76,2% à 76,1%, celle des prêts hypothécaires de 59,3% à 59,20% actuellement et celle des autres types de dettes de 14,9% à 14,7%.

Le principal problème de ce type de transaction est que l’allongement de la durée augmente le coût des intérêts.Loin d’éliminer la dette, comme cela peut sembler le cas, elle l’augmente, avertit M. Asufin. Selon les calculs du rapport, le surcoût moyen d’une réunification de dettes dans notre pays dépasse 71 000 euros, ce qui, comparé aux 21 000 euros qu’une unité familiale typique, avec hypothèque et prêts, doit supporter, signifie un triplement (336,7% de plus) du paiement total des intérêts qu’elle devra finalement affronter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *