Funcas relève ses prévisions de croissance économique de l'Espagne en 2022 à 4,5 %.

La Fondation des caisses d’épargne (Funcas) a relevé ses prévisions de croissance économique de l’Espagne en 2022 à 4,5 %, soit trois dixièmes de plus que l’estimation précédente, mais réduit ses prévisions pour l’année prochaine de 1,3 point, à 0,7 %.

Funcas a procédé à cette dernière réduction en se fondant sur l’affaiblissement de l’économie et le refroidissement de la demande intérieure, dans un contexte d’incertitude dû à la guerre en Ukraine et à la hausse des prix.

La Fondation estime qu’au cours du dernier trimestre de cette année et du premier trimestre de l’année prochaine, il est « possible » que le produit intérieur brut (PIB) diminue, ce qui entraînerait une situation de « récession technique ». Plus précisément, la Funcas estime que le PIB chuterait de 0,4 % au quatrième trimestre de 2022 et de 0,4 % supplémentaire au premier trimestre de 2023.

Toutefois, la Funcas a souligné que cette « petite » croissance positive en Espagne (0,7 %) se produira sur un horizon plus long, par rapport à des perspectives moins flatteuses pour les autres économies de la zone euro.

C’est ce qu’ont annoncé le directeur général de la Funcas, Carlos Ocaña, et le directeur de la situation économique internationale et de l’économie de la Funcas, Raymond Torres, lors d’une conférence de presse visant à expliquer la mise à jour des prévisions économiques pour l’Espagne pour la période 2022-2023.

Les experts ont expliqué que l’économie espagnole s’est affaiblie ces derniers mois et que la hausse des prix a érodé le pouvoir d’achat des ménages, qui ont déjà utilisé une partie importante du matelas d’épargne accumulé pendant la pandémie.

Bien que Funcas estime que les niveaux d’emploi resteront stables – avec la création de 220 000 emplois entre le deuxième trimestre 2022 et le quatrième trimestre 2023 – et que les salaires augmenteront de 3,5% l’année prochaine – un point et demi de plus qu’en 2022 – cela sera « insuffisant » pour récupérer le pouvoir d’achat des familles, qui continueront à perdre du pouvoir d’achat.

En effet, face à l’épisode actuel de flambée des prix, la Fondation des caisses d’épargne a prévu une inflation moyenne pour l’exercice en cours de 9,1% et de 4,8% pour 2023.

Les prévisions de Funcas sont fondées sur un scénario qui prévoit des hausses supplémentaires des taux d’intérêt jusqu’à ce qu’ils atteignent 2,5 % au deuxième trimestre de 2023, même si à partir de ce moment-là, ils resteront largement inchangés.

De son côté, la Funcas prévoit que le déficit public diminuera cette année grâce aux stabilisateurs automatiques et à l’inflation, pour atteindre 4,2 %. Toutefois, en 2023, peu de progrès seront réalisés pour contenir les déséquilibres en raison du refroidissement de l’économie et de l’indexation des pensions. Ainsi, le déficit s’établira à 4,4% du PIB en 2023, proche de son niveau structurel, et la dette publique passera de 113,2% en 2022 à 112% l’an prochain.

Toutefois, la Fondation a prévenu que ces prévisions sont soumises à un degré élevé d’incertitude en raison des tensions géopolitiques et, en particulier, des différents scénarios d’évolution de la guerre en Ukraine.

Pour Funcas, les risques fondamentaux auxquels l’économie est confrontée sont la possibilité d’une forte crise énergétique, une hausse des taux d’intérêt plus intense que prévu et l’impact négatif du retrait du soutien de la BCE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *