La BCE relève les exigences minimales en matière de fonds propres prudentiels de Banco Santander pour 2023.

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé d’augmenter les exigences minimales de capital prudentiel de Banco Santander pour 2023, après avoir mené à bien un processus de révision et d’évaluation prudentielle (SREP), comme l’a indiqué l’entité présidée par Ana Botín à la Commission nationale espagnole du marché des valeurs mobilières (CNMV).

Concrètement, la BCE demande à Banco Santander d’augmenter son ratio CET1 à 8,91 % au niveau consolidé, par rapport au ratio précédent de 8,85 % fixé en mars de cette année, et de le maintenir à 7,85 % au niveau individuel.

La Banque centrale européenne a maintenant fixé une exigence de pilier 2 pour Banco Santander au niveau consolidé de 1,58 %, soit une augmentation de huit points de base par rapport à celle fixée en mars, compte tenu des attentes prudentielles de la BCE concernant le calendrier des provisions pour actifs douteux, étant donné que ces provisions ne seront plus déductibles pour toutes les banques supervisées aux fins du ratio Common Equity Tier 1 (CET1). De plus, sur ces 1,58%, au moins 0,89% doivent être couverts par des fonds propres CET1.

En revanche, la BCE a fixé au niveau individuel une exigence de 1,50 % au titre du pilier 2, dont au moins 0,84 % doit être satisfait par des CET1, sans changement par rapport à celles fixées en mars.

Le ratio CET1 minimum requis au niveau consolidé est composé d’une exigence minimale de capital du premier pilier de 4,50 %, d’une exigence du deuxième pilier de 0,89 %, d’un tampon de conservation du capital de 2,50 %, d’une exigence de 1 % découlant du fait que Banco Santander est considéré comme une institution financière systémique mondiale, et d’une exigence de tampon de capital anticyclique de 0,0253 %, cette dernière étant calculée au 30 septembre 2022.

Le ratio minimum de capital total consolidé de Banco Santander est passé de 13,01 % en mars à 13,11 % actuellement. Ce ratio, tant au niveau consolidé qu’individuel, comprend les exigences du premier pilier, à savoir les fonds propres complémentaires de catégorie 1 (1,5 %) et de catégorie 2 (2 %), ainsi que la partie du deuxième pilier qui peut être couverte par des fonds propres complémentaires de catégorie 1 et de catégorie 2 (respectivement 0,30 % et 0,40 % au niveau consolidé, et 0,28 % et 0,38 % au niveau individuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *