Les actualitÉs : Banque en ligne

26.05.2011

Boursorama, leader du marché des banques en ligne

Ayant réussi à capter 20 % de la clientèle des banques en ligne, Boursorama fait désormais figure de leader sur ce marché en constante évolution où la concurrence devient pourtant de plus en plus dure. Le Directeur de l’enseigne, Benoît Grisoni, tente donc de tirer les conclusions de ce constat et effectue, pour cela, un bref retour en arrière, afin de dégager les éléments qui ont permis à Boursorama de rencontrer un tel succès auprès des Français et de conserver cette place.

Apparue voilà une vingtaine d’années maintenant, dans le domaine du courtage en ligne, sous la marque de Fimatex, Boursorama est aujourd’hui devenue une véritable banque en ligne, distribuant tous les produits et services de ce type d’établissements. Plusieurs étapes ont ainsi été nécessaires, la plus marquante restant, sans doute, le rachat, en 2006, de la filiale française de la banque espagnole Caixa Bank, lui permettant d’enter réellement sur ce nouveau secteur.

Benoît Grisoni conçoit tout à fait qu’il s’agit d’un modèle de croissance assez particulier mais qui reste, au fond, assez logique, l’enseigne s’étant rapidement rendu compte que la bourse ne leur permettrait pas d’évoluer comme ils avaient pu l’envisager, faisant alors de la diversification un moyen évident pour parvenir aux résultats escomptés.

De son propre aveu, l’activité banque représente, à l’heure actuelle, « 50 % environ », créant ainsi « un mixte assez équilibré », le courtage correspondant pour sa part à « 45 % » du Produit Net Bancaire. Fier des chiffres atteints, celui-ci rappelle également que l’année 2010 s’est révélée être particulièrement bonne puisqu’« environ 65 000 nouveaux clients » ont pu être recrutés, portant donc le total à « 330 000 », montrant que l’enseigne ne s’est pas trompée en mettant l’accent, durant cette période, sur la publicité, tout cela lui ayant permis, au final, de constater que la demande est bien réelle.

Le Directeur de l’enseigne a aussi fait remarquer qu’il existe « une différence fondamentale » avec la concurrence ; en effet, le produit d’appel a davantage été la « carte bancaire gratuite », plutôt que le livret d’épargne qui n’a ici fait apparaître aucun taux promotionnel, Boursorama considérant que « la carte est une base de relation plus durable » et ne souhaitant pas avoir de « clients fantômes », même s’il n’est pas totalement exclu non plus de voir fleurir ici ce type d’offres.

Benoît Grisoni a ensuite été amené à se pencher sur l’état global du marché des banques en ligne, celui-ci soulignant alors que « nous sommes convaincus que notre offre bancaire correspond aux attentes de certains. Cela va au-delà de la simple question des frais. Il y a aussi la disponibilité du service, et l’autonomie du client. Aujourd’hui, une partie de la population à autre chose à faire que de se rendre dans une agence bancaire à 14 heures 30 le mardi ».

Parfaitement conscient des contraintes du mode de vie actuel, le Directeur de Boursorama a également réaffirmé sa volonté de « proposer des services nouveaux, mais surtout pratiques pour nos clients » prenant alors l’exemple du MoneyCenter, récemment développé et constituant « un outil de gestion de finances personnelles, qui permet de réunir en une même interface les données issues de tous vos comptes bancaires, y compris ceux qui ne sont pas domiciliés chez nous ».