Les actualitÉs : Banque en ligne

19.06.2011

Finance : les entreprises françaises vont devoir faire plus pour retenir leurs talents

EFinancialCareers.fr, numéro 1 des portails Internet d’offres de travail dans les secteurs de la banque et de la finance, publie les résultats de l’étude qu’elle a menée sur la mobilité des professionnels de la finance dans l’hexagone.

Dans cette enquête dirigée en ligne en mai dernier auprès de plus de 600 professionnels de la banque travaillant dans l’hexagone, on apprend ainsi que si 52% de ces derniers manifestent clairement l’envie de changer d’entreprise en 2011 et que plus du tiers pense à l’éventualité de le faire, ils ne sont en revanche qu’un peu plus de 10% à refuser totalement cette éventualité.

Les raisons principales qui poussent les plus téméraires d’entre eux à changer de patron tiennent autant du meilleur salaire qu’ils convoitent que de l’évolution favorable de leur parcours. Et ces résultats hexagonaux ne diffèrent en rien de ceux révélés par le site Internet pour ce qui concernent nos amis d’outre-Manche. (où le site a également mené une enquête en ligne auprès de 444 professionnels).

Si 45% des sondés déclarent vouloir rester en France, plus de 30% d’entre eux ne seraient pas contre une expérience hors de nos frontières, et surtout à Genève, Londres et New York.

Quant aux Anglais, eux cibleraient davantage Hong Kong et Singapour.

Ce qui n’évolue pas, c’est la course pour dénicher et engager les meilleurs traders. En effet, si près de 20% déclarent avoir été moins souvent contacté en 2011 que l’an passé, un tiers indique en revanche l’inverse. Mais ils sont près d’un sur deux à penser qu’il leur sera très compliqué d’obtenir un poste au moins aussi intéressant cette année, ce qui demeure un chiffrage inférieur à celui obtenu en Angleterre.

L’étude souligne aussi que les entreprises ne font pas vraiment ce qu’il faut pour conserver leurs salariés. En effet, moins de 20% des professionnels du secteur déclarent avoir reçu des propositions intéressantes (traitements et bonus majorés) de leur société.

Malgré tout, 43% d’entre eux déclarent que si l’extérieur venait à les convoiter, ils resteraient néanmoins dans leur entreprise actuelle à conditions que cette dernière fasse les efforts nécessaires pour les conserver.

M.Bennett, Directeur Général Europe, Moyen-Orient, Afrique et Asie-Pacifique d’eFinancialCareers, précise :

« Les choses vont devoir évoluer, si les entreprises veulent garder leurs meilleurs éléments il va falloir qu’elles soient capables de les retenir en leur proposant de réels avantages. Certes, Londres et Genève ont toujours séduit les traders Français ayant manifesté l’envie de quitter, l’hexagone. Et beaucoup de postes en banques d’affaires sont aujourd’hui transférés vers la capitale britannique. Voilà pourquoi Paris doit réagir rapidement sous peine de se faire étouffer par la concurrence, Asiatique en particulier, qui, on le voit bien, offre à présent à nos banquiers de vraies opportunités de carrière ».