Les actualitÉs : Banque en ligne

02.06.2011

Groupama Banque adopte une stratégie plus agressive

Lancée en 2003, par le grand groupe d’assurances dont elle porte le nom, Groupama Banque semble aujourd’hui peiner à trouver le succès escompté, malgré les moyens mis en œuvre, celle-ci pouvant, en effet, compter sur les quelques 2 200 agences et 4 300 caisses locales du groupe, gérant d’ores et déjà quelques 7 millions de sociétaires pour la branche assurance, et l’expérience de la Société Générale, actionnaire pour 4,9 % de l’enseigne. Malgré donc un certain nombre d’atouts, l’enseigne paraît cependant avoir des difficultés à remplir son objectif qui était de 700 000 clients d’ici à l’horizon 2012, l’établissement ne comptant, pour le moment, que 530 000 clients environ.

Prenant la mesure du travail qui lui reste à accomplir, Bernard Pouy, Directeur Général de Groupama Banque, vient ainsi de décider de réorganiser totalement l’offre de services de l’enseigne, qui devrait ainsi évoluer selon trois axes comprenant la baisse des tarifs pratiqués, un développement des offres de crédit immobilier, ainsi que la mise en place de nouvelles agences, abandonnant donc la stratégie consistant à tenter de convertir les clients de l’assurance en usagers de la banque, comme le mettait en évidence Jean-Baptiste Bellon, stratégiste chez Trapéza Conseil : « Il était temps qu’ils passent à une stratégie de conquête plus offensive. Pour assurer la flottaison de leur navire bancaire, ils doivent a minima dépasser le cap du million de clients ».

Ayant pourtant connu un départ relativement bon, avec le recrutement de quelques 200 000 clients après seulement dix-huit mois d’existence, Groupama Banque s’est rapidement trouvée en difficulté, confrontée notamment à la crise financière, comme le souligne Bernard Pouy : « Le démarrage de Groupama Banque a été plus long que prévu. Nos objectifs de départ étaient sans doute un peu ambitieux, mais la crise financière ne nous a pas aidés non plus », mais aussi à la nécessaire période d’adaptation de son personnel aux nouveaux produits bancaires, qui a, de l’aveu même de ce dernier, été plus  délicate qu’attendu : « La difficulté, c’est que, malgré d’importants efforts de formation, les agents généraux ont mis plus de temps que prévu à se transformer aussi en banquiers ».

Malgré des performances en demi-teinte, Groupama Banque vient toutefois d’afficher, sur l’année 2010, ses premiers bénéfices, laissant ainsi envisager de meilleures perspectives d’avenir ; toutefois, pour continuer son développement, celle-ci devra trouver le moyen de devenir l’établissement principal d’un certain nombre de ses usagers, son classement régulier parmi les dix établissements bancaires les moins chers de France lui permettant de disposer en la matière d’un certain nombre d’arguments particulièrement salvateurs, alors que les établissements bancaires font aujourd’hui l’objet de critiques quant à leurs tarifs.

Consciente que l’amélioration de la relation avec ses usagers constitue l’un des éléments essentiels de son évolution, Groupama Banque a mis en place, depuis juillet 2010, une charte de qualité engageant l’établissement à verser une indemnité comprise entre 25 € et 50 € pour chaque motif de mécontentement, plaçant ainsi clairement la satisfaction du client au centre des intérêts de l’enseigne, le développement d’un réseau d’agences toujours plus nombreuses permettant aussi à cette dernière d’afficher clairement ses objectifs en la matière, constituant ainsi un nouveau point positif non négligeable dans son futur recrutement.