Les actualitÉs : Banque en ligne

02.07.2011

Les Français aiment le cash

L’Ifop vient de publier sa dernière enquête d’opinion. Selon cette dernière, la moitié de nos concitoyens déclare détenir des liquidités chez eux et près de 100% d’entre eux (92%) disent avoir toujours du cash sur eux, une quarantaine d’euros en moyenne.

Si le krach de 2008 est derrière nous, les Français demeurent méfiants à l’égard des établissements bancaires.

Comme le souligne la seconde mouture du baromètre Wincor Nixdorf realisée avec l’Ifop « Les Français et l’argent liquide », seuls 8% de nos compatriotes déclarent ne jamais avoir de liquide sur eux, soit 3% de plus qu’en 2010.

Par ailleurs, ils sont près de 9 sur 10 à se servir du cash pour régler leurs petites dépenses quotidiennes, 3% de plus que l’an passé.

En revanche, les Français se servent de leur carte bleue pour s’acquitter des péages (un sur cinq paye en cash), pour régler la note au restaurant (8%), les courses à l’hypermarché (5%) et le carburant (5%).

C’est seulement pour des montants excédant 15 euros que nos compatriotes choisissent un mode de paiement alternatif. Si cette ligne se maintient depuis une année, la somme moyenne au-delà de laquelle les usagers choisissent un autre mode de paiement a chuté de 8 euros (51 euros en 2010 contre 43 cette année).

Les experts interprètent ce goût de nos concitoyens pour les liquidités de plusieurs manières, à commencer par la facilité pour s’acquitter des sommes modestes et la défiance de plus en plus prégnante à l’égard des banques.

M.Dauphin, président de Wincor Nixdorf France, précise :

« Les Français semblent bien plus attachés au cash que leurs voisins de l’UE, et ce, même s’ils ont bien d’autres moyens de payer à leur disposition. Il ne s’agit donc pas d’un micro-phénomène, mais de l’exact reflet de leurs habitudes de consommation qui, je le pense, ont encore de beaux jours devant elles ».

Quant à M.Micheau, directeur des études de l’Ifop, il poursuit dans « Le Parisien » :

« Certes, l’effet Cantona a pu jouer (on se souvient en effet que, l’hiver dernier, l’ancien footballeur avait en effet poussé les usagers à retirer tous leurs fonds des établissements bancaires) mais sans réelle conséquence. En revanche, ce qui est bien certain c’est que les usagers hexagonaux ne se sont pas encore remis du krach de 2008, ce pourquoi ils demeurent toujours très rétifs par rapport aux banques ».

Si l’enquête de l’Ifop souligne qu’une très grande partie des sondés déclare avoir de l’argent sur eux, ils sont moins d’un sur deux à affirmer posséder moins de 20 euros. On ne sera donc pas étonné que le billet de 10 euros reste le plus usité des Francais. Pas plus qu’on ne le sera d’apprendre que ce sont les sujets aux plus hauts revenus qui détiennent les plus grosses sommes sur eux (en moyenne 68 euros) quand les plus modestes en déclarent 40 de moins.

Les hommes ont par ailleurs plus souvent du cash sur eux que les femmes (49 contre 33) et la somme moyenne que nos concitoyens déclarent avoir sur eux se monte a 41 euros.

Toutefois, ce lien très fort aux liquidités n’est pas propre aux seuls français.

Car en effet, nos compatriotes n’occupent que le quatrième rang sur la scène européenne quant à la possession moyenne de cash par sujet. Les trois premières nations étant l’Italie (en moyenne chaque individu a sur lui 65 euros), le royaume uni ((52 euros) et les l’Espagne (49 euros).

Pourquoi ces trois pays se montrent-ils donc si attachés au cash ?

Il y a la culture, certes. Mais pas que cela car ceci tient aussi au fait qu’ils ont chez eux plus de bornes de paiement en liquide que chez nous.